RDC - Réformes électorales: les 4 principales missions d'observation électorale lancent les concertations préparatoires du forum national 

Publié mer 04/03/2020 - 19:25
7sur7

Les quatre principales missions nationales d'observation électorale  en RDC ont lancé des concertations préparatoires destinées à poser les bases à la tenue, fin  mars 2020, du forum national sur les réformes institutionnelles et électorales.

Il s'agit notamment de Agir pour les élections transparantes et apaisées ( AETA),  de la Commission épiscopale justice et paix/Cenco ( CEJP/Cenco), de l'Eglise du Christ au Congo ( ECC) et de la Synergie des missions d'observation citoyenne des élections ( SYMOCEL), constituées  en consortium dans le but de mutualiser les efforts pour plaider en faveur des réformes électorales en RDC.

A en croire un communiqué conjoint rendu public à cet effet, ce forum national en perspective a pour principal objectif d'engager  toutes les parties prenantes à des échanges républicains aux fins d'aboutir à des recommandations et orientations visant à réformer le système électoral congolais afin de le conformer à des standards et principes internationaux.

"Un atelier d'échanges a  été organisé ce mercredi 4 mars  avec les acteurs de la société civile de tout bord en vue d'une large appropriation de ce forum en vue. Le consortium entend poursuivre ces consultations dans les jours à venir avec d'autres parties prenantes au processus électoral", renseigne le communiqué.

reza

Pour une démocratie participative effective  en RDC, ce consortium invite le peuple congolais et toutes les organisations  de la société civile, ainsi que les partenaires qui les accompagnent, à se mobiliser pour la réussite de ce forum.

Les differents cycles électoraux organisées ces dernières années ont tous abouti à des crises politiques majeures à cause de la contestation, parfois sanglante, des résultats provisoires ou définitifs.
En 2007, le duel électoral entre Joseph Kabila et Jean Pierre s'était soldé par une guerre.
En 2011, La duel électoral entre Joseph Kabila et Étienne Tshisekedi avait conduit à des manifestations réprimées violemment.
En 2018, la victoire d'un opposant Félix Tshisekedi, bien que historique car ayant consacrée la première alternance pacifique du pouvoir, est contestée par une autre frange de l'opposition. Martin Fayulu réclame la vérité des urnes.

En 2023, date prévue pour de nouvelles élections générales,  y aura-t-il une nouvelle crise politique ? 

Orly-Darel Ngiambukulu