Nord-Kivu/EPST : Le SECOPE affirme n'avoir « jamais listé des enseignants fictifs »

Publié mar 11/08/2020 - 19:21
7sur7

Le Service de Contrôle et de Paie des Enseignants (SECOPE), en province du Nord-Kivu dénonce des « fausses accusations », de gonflement des effectifs avec des enseignants Nouvelles Unités fictifs, portées contre lui par certains syndicalistes en province.

Dans un entretien avec 7SUR7.CD, ce mardi 11 août 2020, à Goma, Peter Mundayi, directeur provincial du service de SECOPE, a démenti ces allégations et affirmé que les enseignants Nouvelles Unités, ont déjà tous été recensés avec l'implication des parents, des chefs d'établissements, des gestionnaires, des syndicalistes et de la société civile. Selon lui, l'implication de toutes ces parties prenantes a visé à éviter ces genres d'accusations de listage des enseignants fictifs.

« Je mets au défi les gens qui disent qu'on gonfle les effectifs. Ici au SECOPE nous nous occupons des gens qui sont payés, c'est sont eux qui sont dans notre fichier. Les NU ne sont pas encore dans notre fichier, mais on nous a demandé de les recenser et le travail a été fait avec l'implication de tout le monde. Il y avait même des commissions qui ont tamisé ce travail pour qu'on évite de faire passer les écoles fictives et les écoles privées », a déclaré Peter Mundayi.

Au Nord-Kivu, au total 5.000 enseignants Nouvelles Unités ont été recensés et leurs noms ont été envoyés à Kinshasa pour « toilettage », d'après notre source. Elle soupçonne « une tentative de politisation » du processus d'identification des enseignants.

« Le travail des syndicalistes est très noble, mais il y a actuellement certains qui se cherchent un certain positionnement politique. Je ne peux pas prouver la politisation, mais on soupçonne ça évidemment vu l'acharnement qu'on subit ces derniers temps », a-t-il renchéri.

Il sied de noter que plusieurs syndicats réunissant des enseignants des écoles publiques avaient annoncé une grève avant la reprise des cours pour exiger la prise en charge des NU et le paiement du 2 ème et 3 ème pallier. Mais d'après le constat de 7SUR7.CD, les cours ont effectivement repris le lundi 10 août dans toutes les écoles publiques et privées de Goma.

Glody Murhabazi, à Goma