RDC : Pour la VSV, mettre fin à l'état de siège risque de contribuer à la pérennisation de l'insécurité

7sursept

Dans un communiqué publié le vendredi 26 novembre 2021 et parvenu à 7SUR7.CD, l'ONG la Voix des Sans Voix pour les droits de l'homme (VSV) se dit préoccupée par l'augmentation des violations et atteintes aux droits de l'homme dans les provinces sous état de siège après sa 12ème prorogation, caractérisées par des attaques armées, des massacres des populations, les intimidations, les menaces et autres violences contre les journalistes et les défenseurs des droits de l'homme.

A titre illustratif, les données documentées par les ONG locales reprises par la VSV font état d'au moins 59 civils tués entre le 12 et le 13 novembre dernier dans le village de Kisunga et ses environs dans le territoire de Béni au Nord-Kivu et 30 civils tués entre le 31 octobre et le 4 novembre en cours dans la même province. 

En Ituri par contre, le journaliste Gloire Mumbesa directeur d'une radio communautaire dans le territoire de Djugu fait l'objet des menaces depuis septembre dernier.

Réitérant son soutien à l'état de siège au Nord-Kivu et en Ituri, la VSV recommande aux autorités congolaises de communiquer autant qu'il faut avec la population divisée entre ceux qui estiment qu'il faut mettre fin à cette mesure constitutionnelle, et ceux qui exigent son  évaluation.

"Les autorités congolaises doivent donc communiquer suffisamment avec la population en expliquant à celle-ci que l'état de siège n'est pas une solution magique qui résoudrait le problème des groupes armés en quelques semaines ou quelques mois seulement. Elles doivent sensibiliser la population sur le fait que les groupes armés existent en RDC depuis plus de deux décennies. Et par conséquent, ils ne pouvaient que résister face à la puissance de feu des FARDC", lit-on dans ce communiqué.

Convaincue que l'armée congolaise finira par vaincre les groupes armés avec l'appui de la population et de la communauté internationale, la VSV  demande également au gouvernement congolais, d'apporter un soutien logistique, matériel, financier et moral conséquent aux FARDC pour le rétablissement de l'autorité de l'Etat dans ces deux provinces.

Cette organisation de la société civile appelle par ailleurs la population à la patience et à la collaboration avec les services de sécurité car, estime-t-elle, mettre fin à l'état de siège risquerait de contribuer à la pérennisation de l'insécurité et à l'absence du rétablissement de l'autorité de l'Etat en RDC.

Christel Insiwe