RDC : Célébration du centenaire de l'ascension de 'Abdu'l-Bahá, l'une des figures emblématiques de la foi Baha'ie

7SUR7

La communauté nationale Bahai'ie en RDC a commémoré le samedi 27 novembre 2021, le centenaire de l'ascension d'Abdu'l-Bahá considéré comme l'exemple parfait des enseignements de la foi Baha'ie qui est une religion dont les principes majeurs sont l'unité du genre humain, l'avènement de la paix universelle et durable, l'égalité des droits sociaux entre l'homme et la femme, léducation et la recherche personnelle et indépendante de la vérité afin d'accéder au sommet de la connaissance de la parole de Dieu.

Cette cérémonie a été organisée à Kinshasa en présence des membres de la communauté nationale Baha'ie, des officiels, des scientifiques et des représentants d'autres églises et religions en RDC dont le secrétaire général de la Conférence Épiscopale Nationale du Congo (CENCO), l'abbé Donatien Nshole.

7sur7
Dans son intervention, le secrétaire de l'assemblée spirituelle nationale des Baha'ie de la RDC, Lavoisier Mutombo a commencé par présenter Baha'u'-llah, fondateur de la foi Baha'ie, ses enseignements et l'avènement de cette religion au pays.

S'appuyant sur le livre d'Esaïe, il a démontré le pourquoi de la désignation de 'Abdu'l - Bahá par son père biologique comme étant le centre de l'alliance entre les croyants et la manifestation de Dieu et le pivot de l'unité de l'humanité. A l'en croire, la relation entre 'Abdu'l Bahá et son père Baha'u'-llah a été celle d'un fidèle avec la manifestation de Dieu.

"Le monde Baha'ie commémore aujourd'hui le centenaire de l'ascension du bien-aimé maître 'Abdu'l-Bahá. Nous sommes venus rendre hommage au mystère de Dieu 'Abdu'l-Bahá. L'objectif est que l'humanité puisse, de manière graduelle et progressive, atteindre l'âge de la maturité, l'âge où l'unité de l'humanité peut être vécue de manière réelle. En deuxième lieu, c'est de casser toutes les barrières nées des préjugés des races, des religions, d'ethnies et des sexes pour que nous puissions enfin, en tant que creatures, vivre la parfaite harmonie. Enfin, c'est d'inviter le monde, l'humanité toute entière, aux côtés de Baha'ie, d'œuvrer pour la construction communautaire et la reconstruction sociale de l'humanité en tant qu'un cadeau qui nous a été donné par Dieu", a-t-il déclaré.

A l'en croire, la foi Baha'ie est une religion d'origine divine au même titre que l'Islam, le Christianisme, le Judaïsme, l'hindouisme, le Zoastre et bien d'autres. Elle a été fondée par Baha'u'llah qui est le père biologique de 'Abdu'l-Bahá.

"La relation entre la foi Baha'ie et d'autres religions est parfaite. Baha'u'llah lui-même nous enseigne un principe important qui est l'unité des messagers de Dieu. C'est ainsi qu'au cours de cette cérémonie, on a lu les passages du Coran, de la Bible et d'autres écritures saintes. C'est déjà un symbole pour montrer que les Baha'ies ne se considèrent pas comme les champions ou les meilleurs qui connaissent la parole de Dieu pour dire que les autres sont dans l'erreur. Nous disons que les autres messagers de Dieu qui ont précédé Baha'u'llah ont écrit des chapitres qui sont des livres sacrés et ensemble nous pouvons cheminer. Nous fréquentons les autres religions avec amour et joie en tant que croyants en Dieu", a affirmé Lavoisier Mutombo.

Cette commémoration a connu plusieurs exposés. L'abbé Donatien Nshole a centré son intervention sur la cohésion et la paix sociale. Il a affirmé que la vie est intenable s'il n'y a pas de cohésion sociale. Il pense que le rôle de la religion est, entre autres, de réduire la marginalisation, les disparités et de réguler la relation entre l'homme et  Dieu, et entre l'homme et ses semblables. 

Prenant la parole,  la députée nationale Christelle Vuanga a axé son propos sur l'égalité des chances entre les hommes et les femmes. Elle a affirmé qu'entre l'homme et la femme, il faut qu'il y ait une relation de complémentarité et non de subordination.

Le directeur général de la RTNC, Freddy Mulumba, est intervenu comme politologue. Il est revenu sur le rôle des médias dans une société en recherche de nouveaux  paradigmes.

Il a été suivi sur l'estrade par plusieurs autres intervenants. La cérémonie s'est clôturée sous les chants des chorales de la communauté nationale Bah'aie.

Orly-Darel Ngiambukulu