RDC/Mines - Alignement du cuivre comme substance stratégique : une erreur qui coûtera du temps et de l’argent, selon l’ex-ministre des mines W. Kitobo 

7SUR7

Le Professeur Willy Kitobo, Ministre honoraire des mines , contacté par 7SUR7.cd a donné dimanche un avis technique sur la décision du gouvernement prise en conseil des ministres du 21 janvier d’aligner le cuivre sur la liste des substances stratégiques en RDC.

D’après lui, c’est une erreur stratégique qui coûtera du temps et de l’argent au pays dans les discussions avec les miniers.

Voici les arguments qu’a développés le ministre des mines honoraires: 

« L’histoire nous renseigne déjà la résistance des miniers d’accepter facilement le cobalt à un prix bas de 32.000 USD la tonne, soit 3 fois le prix du cuivre. Certes, aujourd’hui avec l’embellie des cours des métaux ; le cuivre autour de 10.000 USD la tonne et le cobalt au-dessus de 70.000 USD la tonne, le Président serait emmené à envisager que l’on peut ajouter le cuivre parmi ces métaux déclarés stratégiques, ce qui ne sera pas possible pour des raisons telles que (1) nous ne sommes ni en Afrique ni dans le monde le seul producteur de ce métal (2) en tant que producteur, nous ne sommes que le 5ème pays producteur du cuivre dans le monde, et de plus, cette production est faite par des capitaux étrangers comme la Chine (3) les conséquences financières de cette décision, en notant que les substances stratégiques se taxant pour la redevance minière à un taux de 10 %, pour le cuivre, cette dernière sera donc payée en multipliant par 3, ce qui entraînera la fermeture de production de la majorité des sociétés. Souvenez-vous des raisons de la fermeture de MUMI avec le Cobalt dont le prix avait chuté, pour ne citer que cet exemple.
 
Dans la continuité de l'Etat, le Président n’a pas tort de revenir sur des dossiers existants et suspendus dès le changement de gouvernement. En RDC malheureusement, l’erreur que nous commettons le plus souvent est de refaire des projets qui ont coûté du temps et de l'argent au prédécesseur en oubliant que ce comportement fait reculer notre pays à chaque fois qu'il y a de nouvelles têtes aux grands postes de responsabilités. Plusieurs dossiers sont encore en suspens, tardent d’être appliqués et/ou mis en place, pourtant la majorité d’entre eux était déjà acceptée par le Conseil des Ministres du Gouvernement Ilukamba. Je les rappelle brièvement, en insistant que leur application s’aligne dans la vision de faire du secteur des mines un véritable levier de développement en valorisation nos ressources minérales. Il s’agit de (du):
- La sauvegarde des marchés des substances stratégiques de la RDC convoitée dans le monde qui souffre actuellement de sa non-application pourtant, il s’agit d’un dossier initié et défendu par moi et qui fut accepté par le Conseil des Ministres et le décret du Premier Ministre Ilukamba a été signé (Décret no 19/15 du 05 Novembre 2019)
- Le projet lithium au Tanganyika est en cours depuis quelques années avec AVZ des australiens qui ont déjà presque fini leur projet ;
- Le projet Niobium avec le projet Lueshe avait déjà évolué avec des partenaires intéressés ;
- Le projet du Centre de négoce de Musompo n’a pas non plus évolué puisqu’il fallait le réadapter avec la création d’ARECOMS et EGC et surtout signer un arrêté du Ministre le créant avec tout un manuel des procédures à suivre conformément au Code minier ;
- Le dossier de l’artisanat minier qui demeure un secteur mal organisé avec la fraude entretenue en provinces ; il faut nécessairement et de manière urgente assainir ; toute la proposition d’assainissement existe au sein du Ministère depuis la remise et reprise et ledit dossier avait déjà été accepté au Conseil des Ministres quand j’étais Ministre des mines avec la signature du décret créant l’Autorité de Régulation et de Contrôle des Marchés des Substances stratégiques comme le Cobalt, le Lithium, le Germanium et le Coltan (Décret no 19/16 du 05 Novembre 2019).
 
L’application de ces mesures devrait normalement se faire par le Premier Ministre, l’actuelle Ministre des mines et les gouverneurs des provinces concernés et à ceci, il y a lieu d’ajouter le Haut-Katanga producteur aussi industriel et artisanal des minerais cuprocobaltiferes
 
Pour le reste de la communication du Président de la République sur les autres substances stratégiques et le Niobium, à mon avis, il n y a pas de stratégies nouvelles si ce n’est que rappeler à l’actuelle Ministre des mines de faire appliquer urgemment les mesures déjà prises depuis 2019 par notre gouvernement Ilunkamba sur la sauvegarde et le contrôle des substances stratégiques et particulièrement le Cobalt par ARECOMS et EGC. »