RDC : ACAJ envisage de saisir Kabila pour lui demander de renoncer formellement à sa pension "exorbitante"

7sur7

La pension de retraite versée au sénateur à vie, Joseph Kabila, suscite des vives réactions depuis le dépôt du projet de loi de reddition des comptes exercice 2019. Certains Congolais estiment que les allocations octroyées à l'ancien président sont exorbitantes. 

C'est le cas de Georges Kapiamba, coordonnateur de l'Association Congolaise pour l'Accès à la Justice (ACAJ). 

Dans une interview accordée à 7SUR7.CD, ce lundi 16 novembre 2020, Georges Kapiamba a promis de mener une action en direction de l'ancien chef de l'État, Joseph Kabila pour qu'il renonce formellement à sa pension. 

« Du côté morale, ça pose toujours problème, même le bénéficiaire aurait dû renoncer. D'ailleurs, l'ACAJ va mener une action en direction de l'ancien chef de l'État pour lui demander de renoncer formellement à cette pension qui est exorbitante. Enfin, aujourd'hui c'est tous les congolais qui travaillent aussi pour l'État, mais il est question absolument, cette-fois ci une fois pour toute, que les députés saisissent l'occasion pour diminuer les écarts des inégalités entre les rémunérations faramineuses qui sont versées aux politiciens, aux anciens responsables politiques, par rapport aux autres femmes et hommes qui travaillent pour l'État, notamment les médecins, les enseignants, les policiers et les militaires, qui eux sont même en dessous de 300$ par rapport à quelqu'un qui touche plus de 20.000$. Voilà pourquoi nous insistons, nous demandons à ce que les députés saisissent cette occasion pour réduire sensiblement ces sommes d'argent », a déclaré Georges Kapiamba.

Et de poursuivre : « Nous, nous lançons cet appel, nous allons leur écrire formellement et nous sommes en train parallèlement aussi de préparer une requête que nous allons envoyer à l'ancien chef de l'État ». 

Outre cela, G. Kapiamba promet de saisir la Cour constitutionnelle en connivence avec d'autres congolais pour solliciter le retrait de la loi sur les anciens chefs d'État.

« Je vous dis aussi que nous avons déjà commencé à travailler sur les actions judiciaires à mener éventuellement contre le budget qui sera voté par les parlementaires qui contiendrait encore ces genres des sommes d'argent exorbitantes, et nous pourrons, le moment venu, mobiliser  des congolaises et congolais à pouvoir saisir même la Cour constitutionnelle pour faire retoquer ce projet de loi », a-t-il renchéri. 

Pour rappel, la présidence de la République a enregistré le dépassement budgétaire avoisinant 14. 000% lors de l'exercice 2019, avait indiqué un député national de l'opposition la semaine dernière. 

Un dépassement occasionné en partie par la prise charge de l'ex-président Kabila avec ses 2.500 gardes, dont le budget émarge de la présidence, avait retorqué le conseiller principal du chef de l'État au Collège économie et finances, Marcelin Bilomba. 

Roberto Tshahe