Répartition des postes ministériels à l'AFDC-A : Le PT de Mbikayi demande au 1er ministre d'intervenir pour "ne pas ternir l'image du gouvernement" 

7SUR7.CD

Réuni le samedi 06 mars 2021 en son siège, le bureau politique du Parti Travailliste (PT), a accusé le sénateur Modeste Bahati Lukwebo d'user de son "influence actuelle" pour ajouter d'autres critères à ceux édictés par le premier ministre, pour la formation du gouvernement. 

D'après le PT, Modeste Bahati a décidé que tout membre du gouvernement Ilunga ne peut pas faire partie du gouvernement Sama Lukonde parce qu'ayant été frappé par la motion de censure de l'Assemblée nationale.

"Ce critère est inventé par l'honorable Modeste Bahati pour couvrir le clientélisme des candidats ministres pour le compte de l'AFDC-A. Étonnamment, l'honorable Modeste Bahati a attribué les deux postes revenant aux alliés de l'AFDC-A à monsieur Rémy Mosungayi dont le parti n'a aucun député et qui avait lui-même récolté 200 voix à Kananga aux législatives de 2018 ainsi qu'à madame Adèle Kayinga qui n'a qu'un seul député en lieu et place du Parti Travailliste, deuxième force du regroupement", a fait savoir Émérite Loko Nzazi, porte-parole du Parti Travailliste, qui a lu la déclaration finale.

Pour le PT, Modeste Bahati règle les comptes à son président national, Steve Mbikayi, "abusant de sa grande influence" dans l'entourage du chef de l'État pour l'anéantir.

"...Affaiblir notre parti en l'opposant à ses députés et barrer la route au Front Patriotique 2023, dont les objectifs iraient en l'encontre de ses ambitions personnelles", a affirmé le Parti Travailliste.

Ainsi, le PT demande au premier ministre, Jean-Michel Sama Lukonde, d'intervenir pour éviter que l'image du prochain gouvernement de la République démocratique du Congo soit ternie dès le départ avec des ministres désignés sur base du "clientélisme".

Jephté Kitsita